Centre Interculturel de Mons et du Borinage
Centre Interculturel de Mons et du Borinage
Centre régional pour l'intégration des personnes étrangères ou d’origine étrangère
Personnes étrangères

Années 90 & 2000

Dans les années 1990 et 2000, on assiste :

  • à la poursuite  de la volonté d’intégration des étrangers ;
  • à la mise au point d’une procédure de plus en plus sévère pour limiter le nombre de demandeurs d’asile.

De plus, la montée de l’extrême droite est combattue, non seulement par la loi antiraciste de 1981, mais aussi par la création, en 1993, du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (successeur du Commissariat Royal à la Politique des Immigrés). Lien vers la partie anti-discriminations

Celui-ci a pour objectif la promotion de l’égalité et la lutte contre les discriminations. Il a aussi pour mission, entre autres, de veiller aux droits fondamentaux des étrangers.

UNIA ET MYRIA

En 2014, le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme s’est transformé pour suivre l’évolution de la Belgique fédérale. Ses missions se sont élargies aux compétences des Régions et Communautés. Il a été scindé en deux entités :

  • le Centre interfédéral pour l’égalité (Unia) des chances dont la mission est de promouvoir l’égalité des chances et des droits pour l’ensemble des citoyen-ne-s et de lutter contre les discriminations
  • le Centre fédéral de la migration (Myria), expert en matière d’analyse des flux migratoires, de protection des droits des étrangers et de lutte contre la traite et le trafic des êtres humains. Sa mission est de promouvoir une meilleure compréhension de ces matières et une approche fondée sur le respect des droits et sur la connaissance.

Il faut aussi noter que le nombre des candidats réfugiés s’accroît fortement dans les années 90.

L’augmentation des difficultés de migrer légalement se traduit par une augmentation de différentes formes d’immigration illégale.

Le nombre de « Sans-papiers » s’accroît.

  • les personnes entrées dans le pays munies d’un visa touristique qui restent après l’expiration de celui-ci, ou
  • lorsque le demandeur d’asile débouté (dont la demande d’asile a été refusée) choisit de rester clandestinement dans le pays.

Deux campagnes de régularisation des « Sans-papiers » ont été organisées en 2000 et 2009.

Actuellement, les moyens légaux pour migrer en Belgique (lien vers « Comment arriver légalement en Belgique ? ») sont principalement les suivants :

  • le regroupement familial ;
  • les études ;
  • le travail ;
  • l’asile.

 Les politiques d’intégration, amorcées dans les années 70 – 80, se sont poursuivies dans les années 90. Les entités fédérées, dont la Région wallonne, ont pris en charge ces politiques, menant à la création des Centres régionaux d’intégration.

LES CENTRES REGIONAUX D'INTEGRATION

Le 4 juillet 1996, le Parlement wallon votait le Décret relatif à l’intégration des personnes étrangères ou d’origine étrangère qui allait permettre l’installation des Centres Régionaux d’Intégration (CRI), dont le CIMB (lien vers les CRI et historique).
Ce décret a été modifié en 2009, 2014 et 2016. Alors qu’à l’origine, ce décret donnait aux CRI des missions de deuxième ligne, les modifications de 2014 ont donné officiellement un travail de première ligne
(lien vers missions du CIMB), dans le cadre du Parcours d’accueil des primo-arrivants, devenu en 2016, Parcours d’intégration des primo-arrivants. (lien vers la partie parcours d’intégration)